OLD BOY

De PARK Chan-Wook
Coup de Cœur
Réalisation : PARK Chan-Wook
Avec : Min-sik CHOI, Yoo JI-TAE, Kang HYE-JEONG

Durée : 2h 2min
Genre : Thriller
Pays : KR

Avertissement : Interdit -16

Synopsis
A la fin des années 80, Oh Dae-Soo, père de famille sans histoire, est enlevé un jour devant chez lui. Séquestré pendant plusieurs années dans une cellule privée, son seul lien avec l'extérieur est une télévision. Par le biais de cette télévision, il apprend le meurtre de sa femme, meurtre dont il est le principal suspect. Au désespoir d'être séquestré sans raison apparente succède alors chez le héros une rage intérieure vengeresse qui lui permet de survivre. Il est relâché 15 ans plus tard, toujours sans explication. Oh Dae-Soo est alors contacté par celui qui semble être le responsable de ses malheurs, qui lui propose de découvrir qui l'a enlevé et pourquoi. Le cauchemar continue pour le héros.

Réservation : pour acheter votre place à l’avance, cliquez sur l’horaire de la séance

[tableau_seances_combine]

Old Boy Film de Park Chan-wook (Corée du Sud, 2003)

 

Un homme est enlevé et emprisonné dans un lieu mystérieux pour une raison qui l’est plus encore. On le nourrit, on le drogue, on le réduit à ses pulsions élémentaires. Quand il se retrouve rejeté, toujours sans explication, dans le monde extérieur, il s’est écoulé… quinze ans. Il doit réapprendre qui il est, guidé par une seule obsession : se venger.

Trois séquences sont devenues instantanément fameuses. On y voit cet énigmatique héros déchiqueter à belles dents un poulpe vivant, puis arracher au marteau, une à une, les dents de son adversaire et, enfin, se trancher la langue à vif avec une paire de ciseaux. Mais il ne faut pas se fier aux apparences. D’un côté, en adaptant un manga japonais, le Coréen Park Chan-wook utilise tous les ingrédients du genre : des scènes d’action hyperboliques, un thème primitif (la vengeance à mort), un réalisme vernissé de fantastique. De l’autre, il joue de tou­tes les audaces visuelles, narratives, psychologiques pour qu’à la fin il ne reste rien, ou presque, des figures imposées. C’est qu’il trouve constamment des solutions de cinéma inédites pour recréer le monde instable de son héros. Un auteur, un vrai. Telerama