UNDERGROUND XXL

De KUSTURICA Emir
Réalisation : KUSTURICA Emir
Avec : Predrag 'Miki' Manojlovic, Lazar Ristovski, Slavko Stimac

Durée : 2h 38min
Genre : Comédie dramatique, Guerre



Synopsis
En avril 1941, des militants communistes serbes fuient les bombardements allemands et se réfugient dans une cave. Parmi eux, deux amis, Blacky et Marko, et une actrice, Natalija, convoitée par les deux hommes. Au retour de la paix, Marko juge plus pratique de ne rien dire à ses camarades enfermés...

Réservation : pour acheter votre place à l’avance, cliquez sur l’horaire de la séance

[tableau_seances_combine]

Version XXL & inédite du chef d’œuvre de Kusturica d’une durée totale de 5h16, avec petite restauration entre les deux parties.

Deux parties de 2h38 chacune, tarif unique 5€ par partie !

 

“Underground” : toute la démesure baroque de Kusturica

Une fable à la fois grotesque et tragique sur le conflit dans l’ex-Yougoslavie, Palme d’or à Cannes en 1995. Qu’on peut revoir en salles dans sa version longue (5h16).

On se souvenait d’Underground (1995) pour l’imposture intellectuelle d’Alain Finkielkraut et de Bernard-Henri Lévy (pas la première ni la dernière, hélas…), qui, sans avoir vu le film, avaient accusé son réalisateur Emir Kusturica d’y véhiculer une propagande proserbe alors que la guerre faisait rage en Bosnie-Herzégovine.

On se rappelait aussi la tête d’enterrement de Théo Angelopoulos au moment de recevoir son Grand Prix au Festival de Cannes, dépité de voir la Palme d’or lui échapper au profit de son collègue bosniaque alors que tous les deux évoquaient le conflit dans l’ex-Yougoslavie à travers leurs œuvres. On avait oublié en revanche à quel point cette fable grotesque et tragique de deux heures quarante-quatre, à la mise en scène et à la bande originale étourdissantes – et un rien épuisantes –, était une charge féroce contre les tentatives de manipulation idéologique de tous bords.

Marko (inoubliable Miki Manojlovic), le militant communiste qui fait croire pendant des décennies à ses camarades enfermés dans une cave à Belgrade que la guerre contre le nazisme continue pour mieux s’enrichir (et piquer la maîtresse de son meilleur ami) est, à sa manière opportuniste et criminelle, un metteur en scène qui finit par se persuader de l’authenticité des fausses images qu’il fabrique. Pour mieux préciser sa position, Emir Kusturica s’est réservé le petit rôle d’un trafiquant de drogue, fournisseur de paradis artificiels…

Parallèlement à la reprise du film dans son montage originel, le distributeur Malavida propose de voir en salles pour la première fois, et à l’occasion de trente séances exceptionnelles, la version « XXL » de cinq heures seize diffusée sur Arte en 1998. Plus explicite dans l’évocation du contexte historique comme dans la psychologie des personnages féminins, Underground n’y perd rien de sa démesure baroque, bien au contraire !